Pablo Picasso / Aimé Césaire : CORPS PERDU. 32 gravures + suite sur Japon (1950) Presented by Patrice Jeudy

Pablo PICASSO - Aimé Césaire : CORPS PERDU. 32 gravures + suite sur Japon (1950)

Presented by Patrice Jeudy

  • Year
    1950
  • Technical
    Illustrated book
  • Image size
    0,0 x 0,0 cm / 0.0 x 0.0 in
  • Paper size
    39,1 x 28,2 cm / 15.4 x 11.1 in
  • Edition
    1/23 vélin avec suite, signé par l'artiste.
  • Price
    On demand
  • Reference
    1921
  • Visit(s)
    99
  • Condition
Pablo PICASSO - Aimé Césaire : CORPS PERDU. 32 gravures + suite sur Japon (1950)

Paris, Éditions Fragrance, 1950.
In-folio (391 x 282 mm), en feuilles, couverture rempliée illustrée, chemise en carton recouvert de papier vergé orange sur les plats et de parchemin imprimé sur le dos, étui.

Édition originale.

32 GRAVURES ORIGINALES DE PABLO PICASSO : une eau-forte sur la couverture, une eau-forte et pointe sèche hors texte pour le frontispice, 10 aquatintes à pleine page illustrant chacune un sous-titre et 20 gravures à la pointe sèche hors texte.

1 DES 23 SUR VÉLIN DE MONTVAL AVEC UNE SUITE COMPLÈTE DES 32 GRAVURES SUR JAPON ANCIEN.

TIRAGE : 219 exemplaires signé par l'auteur et l'artiste (n°12).

Note historique :
Aimé Césaire et Pablo Picasso se rencontrent une première fois en 1948 à l'occasion du Congrès de la Paix à Wroclaw. En 1950 paraît Corps perdu ; en frontispice, un profil de Noir, ceint de lauriers et intitulé « Poète couronné », renvoie symboliquement à l'image de Césaire. Il sera repris pour l’affiche du premier congrès des écrivains et artistes noirs organisé à la Sorbonne en septembre 1956 par Présence africaine, revue créée 1947 par Césaire et Alioune Diop. Surnommé « le nègre fondamental », il influencera des auteurs tels que Frantz Fanon, Édouard Glissant (qui ont été élèves de Césaire au lycée Schoelcher), le guadeloupéen Daniel Maximin et bien d’autres. Sa pensée et sa poésie ont également nettement marqué les intellectuels africains et noirs américains en lutte contre la colonisation et l’acculturation.
Les dix poèmes de "Corps perdu" font partie des poèmes écrits, entre Paris et la Martinique, dans le contexte d'une grande implication politique. Ils sont imprégnés de ce réel merveilleux inhérent à la Caraïbe, mais tendent à une poésie plus concrète, sinon visuelle. La violence des recueils précédents s'atténue. Ce qui ne l'empêche pas de rappeler qu' « être noir, c'est être pire que le curare, laid comme tout pouacre de parasites », en pensant à la bonne société de son île qui refuse encore toute association avec l'Afrique ou la négritude. Il s'agit aussi pour Césaire de traduire l'identité martiniquaise, de revitaliser la nature, de re-personnaliser l'homme.
Picasso qui travaille habituellement en pleine liberté prend soin ici de se plonger dans l'univers poétique de Césaire, tout à la fois luxuriant et débridé, pour lui offrir quelques fétiches immémoriaux. Il donne raison à la remarque du poète : « Un poème ne se comprend pas, on se reconnaît en lui. » En écho à l'intolérable condition imposée au Noir, mi-homme, mi-bête que décrit Césaire, le peintre imagine des hybridations, hantées de femmes-fleurs, d'hommes-plantes, de sexes-racines. Partout les règnes se mélangent, peut-être inspirés par les mots rares de Césaire qui laissent toute liberté à l'imagination.
Deux imaginaires se rencontrent et, malgré des personnalités opposées, sinon antagoniques, malgré des parcours inverses, la magie opère dans Corps perdu. La poésie de Césaire résonne d'explosions volcaniques et d'éclosions végétales. Lui-même déclare : « Je suis effectivement obsédé par la végétation, par la fleur, par la racine. L'arbre profondément enraciné dans le sol, c'est pour moi le symbole de l'homme lié à sa nature, la nostalgie d'un paradis perdu. » Une folle luxuriance pour exalter les tropiques et le sort de ses concitoyens. Il crée des symboles pour ramener l'homme à des valeurs telluriques. Car, ajoute-t-il, « La faiblesse de beaucoup d'hommes est qu'ils ne savent pas devenir ni une pierre, ni un arbre. » Etrangement, les dessins de Picasso laissent entrevoir une réconciliation métaphorique des « genres », des « races » ; un monde baigné de la grande sève tropicale que Picasso ne connaît pas directement mais qu'il cisaille, taille, cisèle d'après les mots de Césaire… (texte d'après Anne Egger, 2011).

Bibliographie : Goeppert-Cramer, Picasso les livres illustrés, n°56 ; Baer-Geiser 632-63.
Provenance : de la bibliothèque d'un important bibliophile.
Photographies supplémentaires sur demande.

ENGLISH : Aimé Césaire, Corps Perdu, Paris, Éditions Fragrance, 1950.
Book : the complete set of 32 ORIGINAL ETCHINGS : one on the cover, one frontispiece, ten aquatints, and twenty engravings with burin, title page, text and table of contents, and justification, on Montval watermark Corps perdu, signed in pencil by the artist and the author on the justification page and numbered.
This copy is 1 of the 23 with AN ADDITIONAL UNSIGNED SUITE OF THE 32 ETCHINGS ON JAPON ANCIEN.
With full margins, loose (as issued), very pale time staining, a few pages with pale offsetting, otherwise in excellent condition, original paper wrapper and orange laid paper-covered boards and slipcase, parchment spine with gilt lettering (sheet 391 x 282 mm, overall 412 x 304 mm).
(B. 632-63; Cramer books 56)
Provenance : From the private library of an important european collector.
More pictures on request.

Contact Patrice Jeudy
Amorosart hosts known and recognized dealers, it is however necessary to take the basic precautions for all online purchases.

AVAILABLE PRINTS BY PICASSO

Copyright Amorosart 2008 - 2021 - CNIL n° : 1301442 - Glossary - F.a.q